dsc7493_edited_edited.jpg

© Pascal Casagrande

Vincent Casagrande

Baryton 

Tout en étudiant le piano et le violon, Vincent Casagrande découvre le chant à l’âge de huit ans en intégrant la maitrise du Conservatoire populaire de Genève, sa ville natale. Il poursuit ensuite sa formation auprès de Janet Williams à Berlin et termine en 2020 son Master d'interprétation à la Haute école de musique de Lausanne dans la classe de Jörg Dürmüller. 

Durant sa formation, il bénéficie de conseils de maîtres de la part de Martin Katz, Ton Koopman ou encore de Jean-François Lapointe.

En octobre 2020, il commence un Master de Lied et d’oratorio à la Universität für Musik und darstellende Kunst à Vienne dans la classe de Florian Boesch et Peter Edelmann.

 

Sur scène il incarne notamment Papageno dans Die Zauberflöte, Guglielmo dans Così fan tutte de Wolfgang Amadeus Mozart, Ben dans The Telephone de Gian Carlo Menotti ou le Geôlier et le Commissaire dans Les Dialogues des Carmélites de Francis Poulenc. 

Il se produit fréquemment au Nouvel Opéra de Fribourg (NOF), avec qui il interprète Lane et Merriman dans The importance of Being Earnest de Gerald Barry puis Korolev dans Laïka, le chien de l’espace de Russel Hepplewhite et, enfin, Fiorello dans Il Barbiere di Siviglia de Gioachino Rossini.

Ces différents rôles le mèneront à se produire également à l'Opéra Comique et au Théâtre de l'Athénée, à Paris durant la saison 2019-2020.

En juin 2021, on a pu le voir et l'entendre en Pelléas dans Pelléas et Mélisande à l'Athénée Louis-Jouvet à Paris.

Bien qu'ayant déjà une riche expérience scénique, Vincent est également demandé pour chanter des récitals de Lieder et mélodies et des concerts d'oratorio.

Il a d'ailleurs fait ses début à Vienne en mai 2021 au Schlosstheater de Schönbrunn dans une version concertante du Bourgeois Gentilhomme de Jean-Baptiste Lully avec le Collegium Musicum baroque orchestra et sous la direction de Johannes Weiss.

Il s'est récemment produit aux côtés des pianistes Eric Cerantola et Caroline Delcampe pour des récitals de mélodies et de Lieder. D'abord pour le festival "L'été au verger" à Genève et ensuite pour l'association "Mélodies passagères" à Montreux.

Il chante sous la baguette de nombreux chefs de renom tels que Jean-Yves Ossonce, Sebastiano Rolli, Frédérique Chauvet ou encore Joshua Weilerstein.

 

En 2019, il obtient le soutien de la Fondation Friedl Wald et en 2020 il est lauréat de la Fondation Leenaards.